Paris, le 12 décembre 2023 - La forte tension qui règne sur le marché de l’emploi des fonctions comptables et financières est une véritable opportunité pour les professionnels, à tous niveaux d’expérience. Les plus jeunes d’entre eux l’ont bien compris, et se montrent plus volatiles que jamais. C’est l’une des conclusions de l’édition 2024 de l’étude annuelle de Walters People sur les jeunes actifs.

De jeunes professionnels difficiles à retenir

Lorsque Walters People les a interrogés sur leur vision du monde du travail et leur carrière, 59% des jeunes actifs du domaine de la comptabilité et de la finance ont déclaré qu’ils envisageaient de rester dans une même entreprise 3 ans au maximum.

Cette capacité à se projeter rapidement ailleurs vient en même temps que deux phénomènes : des taux d’emploi très élevés qui débouchent sur une tension forte du côté des recruteurs, et l’arrivée d’une nouvelle génération dans les entreprises.

Les employeurs témoignent alors d’une problématique majeure : leur capacité à retenir leurs équipes.

Des critères de fidélisation qui changent

Le marché leur étant favorable, les jeunes actifs font évoluer leurs critères. Se sachant très sollicités, ils ont l’assurance d’obtenir des salaires qui leur conviennent et s’inquiètent donc de moins en moins de ce sujet.

En revanche, tous les aspects « extra-professionnels » tendent à prendre de l’importance dans leur relation au travail. C’est désormais l’ambiance de travail (71%) qui est leur critère principal dans leur perception de l’entreprise. Vient ensuite l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée (47%), 6 points plus haut que la rémunération (41%).

Un glissement vers de nouveaux modes de travail

Au-delà de leurs critères de satisfaction professionnelle, c’est toute leur perception du travail qui évolue chez les jeunes actifs. Si le télétravail est désormais un acquis, ils semblent attendre des entreprises qu’elles aillent encore plus loin, avec 82% d’entre eux, dans le domaine de la finance et de la comptabilité, qui sont favorables à la semaine de 4 jours.

Dans le même sens, leur degré d’ouverture à des contrats plus flexibles s’accentue, avec plus de 4 professionnels sur 10 (42%) qui se disent ouvert à l’intérim pour leur prochain poste (une évolution de l’ordre de 10 points en comparaison aux années Covid). Cela symbolise leur forte confiance et leur assurance quant aux opportunités et possibilités professionnelles, qui se manifestent jusque dans les salaires, avec un Top 3 des métiers financiers et comptables qui les rémunèrent toujours mieux, dans le contexte d’une évolution de l’ordre de 3 à 5% :

L’étude est à retrouver dans son intégralité ici, avec des focus sur une douzaine de domaines et secteurs d’activité.

Méthodologie : enquête menée auprès de plus de 400 professionnels de 0 à 5 ans d’expérience, au deuxième semestre 2023.

Nous contacter 

»

Soumettre une fiche de poste 

»

Nous rejoindre

»