Vous débutez une mission avec Walters People ? Voici quelques informations essentielles à son bon déroulement.

L’entreprise de travail temporaire, l’entreprise utilisatrice… Qui est mon employeur ?

Lorsque vous effectuez une mission chez Walters People, nous devenons votre employeur. Vous restez néanmoins soumis(e) aux conditions de travail de l’entreprise au sein de laquelle vous êtes détaché(e) ainsi qu’à son règlement intérieur.

Qu’est-ce que le principe d’égalité de traitement ?

« A travail égal, salaire égal ». Le code du travail impose une égalité de traitement de tous les salariés afin d’éviter toute discrimination. En d’autres termes, si deux salariés exercent un travail similaire et de valeur égale, l’employé le moins avantagé devra être replacé au même niveau que l’autre. L’inverse n’est pas possible. Ainsi, la différence de statut juridique entre un salarié permanent et un salarié temporaire n’est pas suffisante pour justifier une différence de traitement (arrêt de la Cour de cassation rendue par la Chambre sociale le 4 février 2009, pourvoi n°07-42125).

Que me certifient les chartes signées par Walters People ?

Walters People est membre de l’association A Compétence Egale qui lutte contre les discriminations et promeut la diversité.

Notre cabinet est également signataire de la Charte de la diversité, charte qui favorise la diversité et condamne les discriminations grâce à la mise en place de nouvelles pratiques.

Y a-t-il de l’intéressement/participation au sein de WALTERS PEOPLE ?

Un accord de participation a été signé par WALTERS PEOPLE. La participation est proposée une fois par an (avril/mai) à tous les salariés ayant été en mission au moins 455h entre le 1er janvier et le 31 décembre de l’année précédente. La participation de WALTERS PEOPLE est gérée par AXA. C’est avec eux que vous devez prendre contact pour toute question par téléphone au 09 70 80 80 57, muni de votre numéro d’immatriculation à la sécurité sociale afin de pouvoir être identifié(e). Vous pouvez choisir de débloquer les fonds ou de les placer.

Que faire une fois que mon contrat est édité ?

Votre contrat de mission de travail temporaire est tenu à votre disposition dans votre agence. Un exemplaire de ce contrat est à nous retourner signé dans un délai de 48 heures suivant le début de votre mission au 251 blvd Pereire, 75017 Paris.

Quelle est la durée de ma période d'essai ?

La durée de votre période d'essai dépend de la durée de votre mission :

  • Mission supérieure ou égale à 2 mois : 5 jours
  • Mission inférieure ou égale à 1 mois : 2 jours
  • Mission comprise entre 1 et 2 mois : 3 jours

Puis-je refuser d’effectuer la « période de souplesse » ?

La « période de souplesse » est toujours à l’initiative de l’entreprise utilisatrice. En signant votre contrat de travail, vous confirmez être en accord avec les termes de celui-ci.

Si la « période de souplesse » est stipulée sur votre contrat de travail, vous ne pouvez refuser de l’effectuer si l’entreprise utilisatrice vous le demande. Tout refus sera considéré comme un manquement à votre contrat de travail et vous sera donc préjudiciable.

Comment faire pour remplir mes relevés d’heures ? 

Les relevés d'heures constituent la base pour établir votre paie ou vos acomptes. A chaque nouvelle mission, nous vous envoyons vos relevés par email à votre adresse personnelle. Les relevés d'heures sont constitués de trois exemplaires :

  • Un exemplaire que vous devez conserver.
  • Un exemplaire client à remettre à l'entreprise au sein de laquelle vous êtes en mission
  • Un exemplaire à nous retourner

Pour nous permettre un traitement rapide et efficace de votre paie, nous vous demandons de bien vouloir respecter les indications fournies avec vos relevés d'heures.

Le cachet de l'entreprise utilisatrice et la signature du responsable hiérarchique sont indispensables à la prise en compte de votre relevé d'heures.

L'ensemble des relevés d'heures du mois doit nous parvenir au plus tard le 1er jour ouvré du mois suivant. Tout relevé d'heures remis après cette date sera systématiquement reporté sur la paie du mois suivant.

Pour vous procurer un relevé d'heures :

Walters People SAS : Téléchargez le relevé d'heures (PDF)

Walters People Lyon : Téléchargez le relevé d'heures (PDF)

Walters People Assistanat : Téléchargez le relevé d'heures (PDF)

Walters People Gestion Comptabilité Défense : Téléchargez le relevé d'heures (PDF)

Walters People Région Parisienne : Téléchargez le relevé d'heures (PDF)

Comment suis-je rémunéré(e) ?

La paie est mensuelle, la période de référence est du 1er au 30 ou 31 du mois. Les virements de salaires ont lieu entre le 10 et le 11 du mois suivant la période travaillée : la paie de la période du 1er janvier au 31 janvier est par exemple versée le 11 février. Vous devez également considérer le délai de compensation de votre banque, d'une durée moyenne de deux jours ouvrés. Les bulletins de paie sont envoyés dès le 12 du mois.

Afin de faciliter le traitement de votre paie, il est recommandé de nous faire parvenir un relevé d'identité bancaire. A défaut de RIB, vous serez payé(e) par chèque envoyé par lettre recommandée avec accusé de réception.

L'art. L3242-1 du Code du Travail a prévu le paiement d'une rémunération mensuelle déterminée indépendamment du nombre de jours que comporte le mois, et ce afin de neutraliser les conséquences de la répartition inégale des jours entre les 12 mois de l'année. Cependant, les intérimaires sont exclu(e)s du bénéfice de la mensualisation. Votre rémunération étant calculée sur la base du nombre d'heures ou de jours réellement effectués, elle est susceptible de varier selon les mois et sera rarement identique au salaire de référence mentionné sur votre contrat.

Je prends les transports en commun. Comment vais-je être remboursé(e) ? Dois-je envoyer des justificatifs ?

L’employeur a l’obligation de rembourser au salarié, sous présentation de justificatifs, 50% du coût des titres de transport en commun. Sont pris en compte les titres hebdomadaires, mensuels et annuels. Les tickets de transport à l’unité ne sont donc pas pris en compte.

En signant votre contrat de travail, vous attestez sur l’honneur souscrire un titre d’abonnement au transport en commun pour vous rendre sur votre lieu de travail et vous vous engagez à nous informer de tout changement. Cette attestation sur l’honneur vous dispense de nous envoyer vos justificatifs d’achat de façon systématique dans le cas où vous prenez les transports en commun, dès le début de votre mission et de manière régulière. Néanmoins, vous êtes tenu de nous fournir les justificatifs demandés en cas de contrôle ponctuel de la part du service RH.

En tant que salarié(e) intérimaire, les montants journaliers de remboursement sont fixés par le STIF (Syndicat des Transport d’Ile-de-France) qui fournit à toutes les agences de travail temporaire une grille tarifaire, indexée aux zones de la carte orange.

Dans le cas où votre domicile est situé hors de la zone Ile-de-France, aucun remboursement ne sera effectué sans présentation d’un justificatif d’achat.

Puis-je mettre fin à mon contrat de manière anticipée ?

Le contrat de travail temporaire étant un contrat à durée déterminée, le seul motif légalement valable pour mettre fin au contrat de manière anticipée est que vous ayez trouvé un contrat à durée indéterminée.

Toutefois, cela ne dispense pas de présenter :

  • Une lettre de démission
  • Un justificatif d’embauche (lettre d’embauche, contrat de travail…)
  • D’effectuer un préavis égal à 1 jour par semaine du contrat dans la limite de 15 jours.

Qu’est-ce que l’IFM ?

A titre de complément de salaire, le salarié intérimaire a droit à une indemnité destinée à compenser la précarité de sa situation. Une prime, égale à 10% du salaire brut perçu au cours de votre mission, vous est donc versée à la fin de celle-ci.

Attention : L’IFM n’est pas due :

  • Lorsque l’entreprise utilisatrice conclut, à l’issue de la mission, un CDI avec vous
  • Lorsque le contrat est rompu de manière anticipée à votre initiative
  • Pour faute grave
  • En cas de force majeure

Puis-je bénéficier d’un acompte ?

Vous pouvez bénéficier chaque semaine d'acomptes d'un montant de 75% de votre salaire brut calculé à partir des heures déjà effectuées. Un calendrier des dates de demandes et de versements des acomptes vous a été remis au début de votre mission, nous vous remercions de bien vouloir vous y référer.

Votre demande doit impérativement nous être adressée par email à rhinterim@walterspeople.com en utilisant le formulaire prévu à cet effet. Aucun acompte ne pourra être versé en l’absence de relevés d’heures. Afin de réduire les délais de paiement, nous vous conseillons vivement de nous transmettre votre RIB.

Comment utiliser mes JRTT ?

Si vous travaillez dans une entreprise utilisatrice qui a mis en place la réduction du temps de travail en attribuant des jours de repos à leurs salariés (JRTT), le principe est que les intérimaires prennent les jours de repos auxquels ils ont droit durant leur mission. Cela doit toujours être fait en accord avec votre responsable dans l'entreprise.

Lorsqu'un intérimaire n'a pas pu prendre les temps de repos auxquels il pouvait prétendre, il perçoit, à la fin de la mission, une indemnité compensatrice de jours de repos non pris (ICJRTT). Cette indemnité est calculée sur la base du nombre d'heures de travail correspondant au droit acquis multiplié par le salaire brut horaire de l'intérimaire et entre dans la base de calcul de l'indemnité de fin de mission et de l'indemnité compensatrice de congés payés.

Suis-je payé(e) lors de jours fériés ?

Par principe, vous bénéficiez du paiement du jour férié compris dans votre mission, dès lors que les permanents de l'EU en bénéficient, sans qu'aucune condition d'ancienneté ne puisse vous être opposée (article L. 1251-18 CT). Vous devez nous préciser sur votre relevé d'heures lorsqu'un jour férié est travaillé afin que nous puissions appliquer la rémunération correspondante le cas échéant.

Suis-je concerné(e) par les ponts ?

Vous pouvez bénéficier des ponts durant votre mission si le pont est rémunéré par la société utilisatrice et non récupérable ou s'il est récupérable pendant la mission. Vous n'en bénéficiez pas si le pont est imputé sur vos droits aux congés payés ou si la récupération dont il fait l'objet se situe en dehors de la mission.

Je serai bientôt en congé maternité, ai-je droit à un complément de salaire ?

Pour bénéficier des indemnités journalières pendant le congé maternité, il faut une cessation d'activité professionnelle pendant au moins 8 semaines et remplir des conditions d'activité salariée minimales (et de cotisations). Le montant des indemnités journalières est égal à un salaire journalier de base, calculé à partir de la moyenne des salaires des 3 derniers mois, diminué des cotisations sociales et de la CSG, dans la limite du plafond mensuel de la sécurité sociale.

Notre organisme de prévoyance peut, sous certaines conditions, vous permettre de bénéficier d’un complément. Vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires en cliquant sur le lien ci-dessous : https://www.reunica.com/accueil

Ai-je droit à des congés pour des événements familiaux ? 

Certains évènements ouvrent droit à des congés sans condition d’ancienneté et sans baisse de rémunération : 

  • Mariage du salarié (4 jours)
  • Naissance ou adoption (3 jours)
  • Décès du conjoint ou d'un enfant (2 jours)
  • Mariage d'un enfant (1 jour)
  • Décès du père ou de la mère (1 jour)

Certaines conventions collectives accordent les congés prévus à l'article L. 3142-1 du Code du Travail dans des conditions plus favorables aux salariés, en prévoyant soit :

  • Une durée plus importante
  • L'octroi de congé pour des événements touchant d'autres membres de la famille

Des conventions collectives peuvent aussi prévoir d'autres types de congés (exemple : déménagement). Eu égard au principe d'égalité de traitement, ces congés conventionnels bénéficient également aux intérimaires, sous réserve de remplir les conditions éventuellement posées.

Comment déposer mes congés ?

Si vous avez besoin de prendre des congés pour des raisons personnelles, vous devez impérativement demander l'autorisation de votre responsable par écrit et nous faxer ce document avant votre départ. Ces jours ne sont pas rémunérés.

Que faire en cas de congés maladie ?

En cas de maladie, vous devez nous faire parvenir votre arrêt de travail dans les 48h suivant votre arrêt afin que nous puissions établir votre attestation de salaire (pour les absences de plus 3 jours). Vous serez indemnisé(e) directement par la sécurité sociale.

Si vous êtes absent(e) plus de 10 jours, vous pouvez, sous conditions d'ancienneté, bénéficier d'un remboursement complémentaire de la part de BAYARD Prévoyance.

Suis-je concerné(e) par la visite médicale ?

La visite médicale du travail est obligatoire pour tous les salariés, sauf si vous avez un certificat d'aptitude pour le même poste datant de moins de 6 mois à nous fournir. Vous êtes tenu(e)de vous rendre à la visite médicale du travail pour laquelle nous vous aurons adressé une convocation par courrier ou par email. Votre présence à cette visite est indispensable.

En cas d'impossibilité, veuillez avertir Walters People minimum 48h à l'avance. À l'issue de cette visite, vous devrez vous faire parvenir un exemplaire du certificat d'aptitude.

En tant qu’intérimaire, ai-je droit à une mutuelle ?

Il existe un organisme, le FASTT, proposant aux salariés intérimaires une mutuelle dès la première heure de mission d’intérim. Le type de couverture, les prestations proposées et les choix de formules en fonction de la composition du foyer sont disponibles sur le site www.fastt.org

Je viens d’être victime d’un accident sur mon lieu de travail ou sur le trajet domicile/travail ou travail/domicile. Que dois-je faire ?

Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs.

L’accident du travail peut se produire durant :

  • Un déplacement professionnel. Dans ce cas, on parle parfois d’accident de mission.
  • Le trajet entre le domicile du travailleur et le lieu habituel de travail. Dans ce cas, il s’agit d’un accident de trajet.

Si vous êtes victime d’un accident du travail, vous devez informer votre employeur dans la journée où l’accident est intervenu, et au plus tard dans les 24 heures. Cette déclaration est transmise par lettre recommandée dans l’éventualité où elle n’est pas faite à l’employeur sur le lieu de l’accident (article R.441-2 du code de la Sécurité sociale). Cet impératif de prévenance dans le délai accordé peut néanmoins être écarté en cas de force majeure, d’impossibilité absolue ou de motifs légitimes (article L.441-1 du code de la Sécurité sociale).

L’employeur ou son préposé procède à la déclaration de l’accident par lettre recommandée avec avis de réception (article R.441-3 du code de la Sécurité sociale) à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) compétente, notamment votre lieu de résidence habituelle.

La déclaration doit être transmise à l'appui d’un formulaire (« Déclaration d’accident du travail », disponible à la CPAM) dans les quarante-huit heures après avoir eu connaissance de l’accident (dimanches et jours fériés non compris).

Walters People doit aussi vous remettre une feuille d’accident (article L.441-5 du code de la Sécurité sociale). Disponible à la CPAM, elle vous évite l’avance des frais dus aux soins médicaux. Cette feuille mentionne la caisse ayant en charge les prestations.

Suis-je concerné(e) par le Congé Individuel de Formation ? 

Le congé individuel de formation (CIF) a pour objet de vous permettre, au cours de votre vie professionnelle et à titre individuel, de suivre à votre initiative des actions de formation, indépendamment de votre participation aux stages compris dans le plan de formation de l'entreprise dans laquelle vous exercez votre activité.

L'ancienneté requise pour bénéficier d'un CIF est fixée à 1600 heures de travail dans la profession, dont 600 heures dans l'ETT dans laquelle est déposée la demande d'autorisation d'absence. Ces heures s'apprécient toutes missions confondues, sur une période de référence de 18 mois précédant cette date de dépôt.

En tant qu’intérimaire, dois-je effectuer la journée de solidarité ?

En application de l’article L. 1251-21 du Code du travail, les salariés intérimaires se voient appliquer la durée de travail de l’Entreprise Utilisatrice (EU) au sein de laquelle ils effectuent leur mission. Au même titre que les salariés permanents, ils travailleront la journée supplémentaire applicable au sein de l’EU.

En tant qu’intérimaire, vous êtes exclu(e) de la loi de mensualisation du 19 janvier 1978, vous serez rémunéré(e) en fonction du nombre d’heures effectuées pour la ou les journées de solidarité travaillées au sein de votre EU. Le cas échéant, vos heures supplémentaires vous seront payées en cas de dépassement de la durée légale de 35 heures.

Il convient de distinguer les 2 situations suivantes :

  • Les salariés permanents de l’EU ne travaillent pas le jour faisant office de journée de solidarité (il pourra s’agir du lundi de Pentecôte ou d’un autre jour habituellement chômé) parce que l’EU leur a imposé la prise d’un JRTT, par exemple. Par égalité de traitement, nous appliquerons les mêmes règles que celles appliquées aux salariés permanents (art. L. 1251-21 CT)
  • Les salariés permanents de l’EU travaillent le jour faisant office de journée de solidarité (il pourra s’agir du lundi de Pentecôte ou d’un autre jour habituellement chômé). Vous serez alors tenu(e) de travailler comme les salariés permanents de l’EU et serez rémunéré(e) sur la base du nombre d’heures effectuées

Dans les 2 situations ci-dessus, la journée de solidarité n’est pas assimilée à un jour férié et l’intérimaire, lorsqu’il travaille, ne bénéficie d’aucune majoration de sa rémunération (sauf dispositions plus favorables dans l’EU).

Les salariés intérimaires sont exclus de la loi de mensualisation. Ils seront rémunérés au titre des heures de travail effectuées durant la journée de solidarité retenue dans l’Entreprise Utilisatrice (EU). 

J’ai déjà effectué la journée de solidarité cette année. Dois-je l’effectuer à nouveau ?

Lorsque vous avez déjà accompli, au titre de l’année en cours (rupture du contrat de travail et réembauche, succession de CDD…), une journée de solidarité, votre nouvel employeur peut néanmoins vous demander d’effectuer une journée de solidarité supplémentaire comme les autres salariés de son entreprise. Toutefois, les heures travaillées ce jour-là :

  • Donnent lieu à repos compensateur obligatoire (art. L. 3133-12 al. 1er CT)
  • Donnent lieu à rémunération supplémentaire 
  • S’imputent sur le contingent annuel d’heures supplémentaires ou sur le nombre d’heures complémentaires prévu au contrat de travail du salarié à temps partiel

Toutefois, vous pouvez aussi refuser d’exécuter cette autre journée de solidarité sans que ce refus constitue une faute ou un motif de licenciement (art. L. 3133-12 al. 2 CT). Si cette journée n’est pas travaillée, elle ne sera pas rémunérée.

Ai-je droit à une formation ?

Le DIF (Droit à la formation) vise à permettre aux intérimaires de construire, à leur initiative et avec leur agence, un parcours leur permettant d'associer des temps de formation à l'enchaînement des missions. Ce droit à une action de formation d'une durée de 40 heures est ouvert à tout intérimaire justifiant au minimum de 2700 heures travaillées dans la profession du travail temporaire, dont 2100 heures travaillées dans l'ETT dans laquelle il formule sa demande, sur la période des 24 derniers mois. La formation choisie doit vous permettre d'acquérir un complément de qualification ou une qualification nouvelle augmentant vos possibilités d'emploi.

Pour plus d'informations sur vos droits en tant qu'intérimaire, vous pouvez consulter : informationsinterimaires.org

Pour toute question, veuillez contacter directement le consultant en charge de votre dossier ou notre service RH:

  • par email à : rhinterim@walterspeople.com
  • par téléphone au : 01 40 76 05 05
  • par courrier à : SERVICE RH, 251 bvd Pereire, 75017 Paris

En tant qu’intérimaire, ai-je droit à une aide au logement ?

Walters People est partenaire d’ASTRIA, organisme acteur d’Action Logement au service des entreprises et de leurs salariés (participation des employeurs à l’effort de construction). Cet organisme fournit chaque année à Walters People un certain nombre de dossiers en offre locative.

Un salarié qui voudrait recevoir un dossier devra :

  • Avoir travaillé au moins 9 mois au sein d’une entité WALTERS PEOPLE
  • Répondre aux critères d’attribution d’ASTRIA

Une fois que le dossier vous est envoyé, c’est ASTRIA qui décide de sa recevabilité. ASTRIA propose d’autres services liés au logement. Les aides LOCA-PASS, la garantie risques locatifs, le prêt construction ou acquisition dans le neuf, le prêt acquisition ancien sans travaux, le CIL-PASS Mobilité, l’aide MOBILI-JEUNE sont des services parmi beaucoup d’autres.

Retrouvez toutes les informations nécessaires !

News and press information for Walters People

Conseils carrière

»
Work for Walters People

Nous rejoindre 

»
Work for Walters People

Nous contacter

»